2021-2022 / PHIL0036-1

Esthétique et arts contemporains

Durée

30h Th

Nombre de crédits

 Bachelier en langues et lettres anciennes et modernes5 crédits 
 Bachelier en langues et lettres anciennes, orientation classiques5 crédits 
 Bachelier en information et communication5 crédits 
 Bachelier en langues et lettres modernes, orientation germaniques5 crédits 
 Bachelier en histoire de l'art et archéologie, orientation générale5 crédits 
 Bachelier en histoire5 crédits 
 Bachelier en langues et lettres modernes, orientation générale5 crédits 
 Bachelier en histoire de l'art et archéologie, orientation musicologie5 crédits 
 Bachelier en langues et lettres anciennes, orientation orientales5 crédits 
 Bachelier en philosophie5 crédits 
 Bachelier en langues et lettres françaises et romanes, orientation générale5 crédits 
 Master en histoire de l'art et archéologie, orientation générale, à finalité5 crédits 

Enseignant

Maud Hagelstein

Langue(s) de l'unité d'enseignement

Langue française

Organisation et évaluation

Enseignement au deuxième quadrimestre

Horaire

Horaire en ligne

Unités d'enseignement prérequises et corequises

Les unités prérequises ou corequises sont présentées au sein de chaque programme

Contenus de l'unité d'enseignement

Thème de l'année : Sensorialités et arts contemporains
Avec ce thème, il faudra amener (ou plutôt faire revenir) l'Esthétique comme discipline sur le terrain du sensible, de l'Aesthesis
Le cours a pour objectif d'élaborer une réflexion philosophique générale sur les liens - évidents mais néanmoins problématiques - de la théorie contemporaine de l'art à la vie sensible. On essaiera de faire droit au rôle décisif de la sensibilité dans la constitution de l'expérience artistique. On pense parfois que l'art contemporain est exclusivement ludique, cérébral, conceptuel, élitiste. Alors qu'il mobilise aussi nos 5 sens, selon des modalités parfois inédites. On posera donc ici la question du sens et des sens. La définition même de l'art contemporain repose sur une forme d'expérience sensible spécifique, hétérogène à l'expérience sensible ordinaire, d'une autre qualité et d'une autre intensité. Avec quels outils décrire la forme particulière d'appréhension sensible qui inscrit une expérience dans le registre de l'art ? Avec quels mots, avec quels concepts traduire cette intensité sensible de l'expérience esthétique ? 
Pour envisager ces questions, on se concentrera prioritairement sur les modalités sensorielles (5 sens) et de leurs éventuels échanges. Comment penser les liens entre les sens, et leur éventuelle unité ? Les sens sont-ils indépendants les uns des autres, peuvent-ils s'autonomiser, s'exercer de manière pure ? D'un point de vue philosophique, on pourra étudier à partir de là - dans le corpus phénoménologique large - les différents modèles permettant de penser les rapports entre les modalités sensorielles, plutôt que leur seul usage isolé. Il ne s'agira pas seulement d'étudier la capacité des sens à mettre en jeu les émotions, ni de dégager leur seule valeur cognitive, mais de questionner aussi leur mise en rapport. Trois grands modèles théoriques pourront être envisagés pour penser ces rapports : 1. Le modèle de la perception amodale (ou « non différenciée »), qui suppose une connivence primordiale des sens antérieure à leur délimitation ; 2. Le modèle de l'intersensorialité, qui envisage les sens dans leur puissance spécifique mais aussi dans leurs échanges d'information et dans les « services » qu'ils se rendent ; 3. Le modèle synesthésique, qui recouvre les phénomènes d'association et de traduction instantanée entre les sens. Avec ces trois modèles, on travaillera non seulement à explorer théoriquement les structures de la perception sensorielle mais on décrira des situations artistiques précises.
Les productions culturelles et artistiques contemporaines donnent aujourd'hui l'occasion d'interroger le caractère optico-centré de nos manières d'appréhender le sensible. Le cours envisagera de nombreux exemples. L'idée ne sera pas de mettre en cause la prédominance du visuel dans nos sociétés, ni de faire - à l'inverse - la promotion de l'image, mais bien (1) de repenser l'ancrage de la vision dans la sensibilité et (2) de théoriser les liens de solidarité ou de désaccord entre la vision et les autres modalités sensorielles (l'ouïe et le toucher, en particulier). En dialogue avec des propositions théoriques issues des domaines de l'écologie ou de l'étude des handicaps (domaines souvent directement articulés à la question du sensible), on montrera comment l'art contemporain contribue à élaborer des modèles alternatifs pour penser le sensible.
Le cours poursuivra donc deux objectifs majeurs :
(1) Approfondir le sens premier et étymologique de la discipline esthétique comme « étude du sensible » ;
(2) Tenir à distance le jugement négatif global sur l'art contemporain (élitisme, froideur, cérébralité) en manifestant sa capacité à déployer de nouveaux modèles pour penser le sensible. De nombreux exemples seront convoqués.

Acquis d'apprentissage (objectifs d'apprentissage) de l'unité d'enseignement

Ce cours devrait permettre à la fois de familiariser les étudiants à la pensée esthétique contemporaine (G. Deleuze, Merleau-Ponty, J. Rancière, E. coccia, D. Abram), et plus largement aux grandes questions de la philosophie de l'art. Il offrira aussi quelques balises nécessaires à une analyse pertinente des développements récents de l'art contemporain. Les leçons théoriques alterneront avec des exercices critiques d'esthétique appliquée (soutenus par de nombreux exemples). Au terme du parcours, l'étudiant devra être capable de restituer les propositions théoriques des auteurs envisagés, et de produire une courte analyse d'une oeuvre contemporaine en utilisant les outils philosohiques privilégiés pendant le cours.

Savoirs et compétences prérequis

Néant.

Activités d'apprentissage prévues et méthodes d'enseignement

Les premières séances serviront à poser le cadre théorique nécessaire aux exercices d'esthétique appliquée. Elles s'appuieront sur la lecture de courts extraits de textes mis à disposition des étudiants. On privilégiera ensuite l'étude de cas précis (avec projections) pour montrer les enjeux de la théorie du sensible. 

Mode d'enseignement (présentiel, à distance, hybride)

Durée et période: 30 heures, 2è quadrimestre. Lieu d'enseignement et horaire : salle Lumière, jeudi de 13h à 15h. 

Lectures recommandées ou obligatoires et notes de cours

 Powerpoints en ligne (avec références, extraits et images).

Modalités d'évaluation et critères

Examen(s) en session

Toutes sessions confondues

- En présentiel

évaluation écrite ( questions ouvertes )


Explications complémentaires:

xxx

Stage(s)

Remarques organisationnelles

Néant.

Contacts

Enseignant titulaire Maud Hagelstein, Chercheuse qualifiée FNRS Département de Philosophie 7, Place du 20 Août, 2è étage, bureau 2/36A, 4000 Liège Tél. : 04/366.55.64. E-mail : Maud.Hagelstein@ulg.ac.be