2019-2020 / SPOL0099-1

Politique et changements sociotechniques

Durée

30h Th

Nombre de crédits

 Master en sciences politiques, orientation générale, à finalité (en Science, Technologie et Société (STS))5 crédits 

Enseignant

Céline Parotte

Langue(s) de l'unité d'enseignement

Langue française

Organisation et évaluation

Enseignement au deuxième quadrimestre

Horaire

Horaire en ligne

Unités d'enseignement prérequises et corequises

Les unités prérequises ou corequises sont présentées au sein de chaque programme

Contenus de l'unité d'enseignement

Et si gouverner était toujours une forme d'expérimentation sociale? Comment décider en période d'incertitude? À partir de quels moments certains projets techniques cessent-ils d'être exclusivement du ressort des ingénieurs pour être reconnu par les acteurs impliqués comme des projets sociotechnique, qui nécessitent d'être légitimé et reconnu acceptable par de nombreux acteurs (experts, décideurs, société civile, citoyens)? Quel rôle les sciences politiques et sociales peuvent-elles jouer pour mettre en évidence le caractère éminemment politique de ces changements sociotechniques?
Ce cours est centré sur des problématiques aux contextes particulièrement incertains, qui présentent par exemple la particularité de s'inscrire dans une temporalité hors norme, d'être extrêmement controversées ou de résonner avec l'actualité chaude ou froide du moment. Sans nécessiter de prérequis particulier, l'enseignement proposé est toutefois à croisée de plusieurs cours : politique de l'innovation, des sciences et des technologies, analyse et évaluation des politiques publiques, pratiques de l'argumentation, transformation de l'administration publique et de la gouvernance publique.
Partant d'un ou plusieurs cas concret(s), comme la gestion des déchets nucléaires, les smart cities, la digitalisation, l'innovation par le bas, les pratiques de transition énergétique, les changements sociotechniques opérés au cours du temps par les décideurs politiques, les experts, la société civile seront analysés et critiqués en favorisant l'émergence de multiples perspectives critiques et analytiques. Chaque cas concret sera associé à des contributions des études sociales des sciences et des technologies (STS) qui seront présentées, discutées et confrontées aux récentes (non) prises de position de décideurs politiques. Il s'agira de multiplier les points de vue et les niveaux d'analyse sur une problématique pour en saisir toute sa complexité.
Au travers de ce recueil de textes, l'étudiant prend la mesure de ces transformations ST dans les contextes politico-administratifs proches ou différents, indépendants ou interdépendants. Il aborde les phénomènes d'institutionnalisation et de pouvoir dans son analyse critique. Il sera à même de comparer et mesurer les différentes temporalités et dynamiques à l'œuvre au niveau médiatique, politique et scientifique, la manière dont elles se répondent et se coproduisent.

Acquis d'apprentissage (objectifs d'apprentissage) de l'unité d'enseignement

Le cours vise à permettre aux étudiants de bénéficier d'une série d'outils de compréhension socio-politique des changements majeurs qui touchent aux rapports entre science et technologie et société. À l'issue du cours, les étudiants seront à même de saisir, de façon critique, les enjeux, de cartographier les acteurs et les points de vue pour proposer une analyse de différents processus simultanément à l'œuvre à différentes échelles, d'un agencement local à un agencement structurel plus systémique. Lors de séances de discussion, ils développeront également leur capacité à argumenter de manière critique et constructive sur des thématiques complexes oralement et par écrit.

Savoirs et compétences prérequis

Les étudiants sont supposés avoir une maîtrise passive de l'anglais, qui sera la langue privilégiée des textes qui composeront le portefeuille de lecture concernant les références scientifiques.

Activités d'apprentissage prévues et méthodes d'enseignement

* La première séance de cours veillera à définir le cadre d'enseignement avec les étudiants de manière collaborative et participative. Un atelier scénario sera mis en place par l'enseignant pour atteindre cet objectif. (Aucune préparation n'est nécessaire).
* Selon les questions et les étapes identifiées lors de la première séance, l'enseignant constituera un portefeuille de lecture. En vue de préparer chaque séance, les étudiants devront préparer au minimum deux lectures (par séance) et rédiger un court « response paper » de manière individuelle de maximum 500 mots sur une ou plusieurs questions posées au préalable (par l'enseignant ou qui ont émergé lors de l'atelier scénario). Ce « response paper » sera à soumettre à l'enseignant et aux autres étudiants deux jours avant la séance de cours. Il permettra d'identifier le niveau d'intégration des textes de la part de l'étudiant, sa capacité à appréhender deux textes scientifiques de manière critique et il servira également de base à la discussion.
* Chaque séance de cours sera organisée sur base d'une perspective spécifique, des lectures et des response papers. Chaque séance débutera par le peer review étudiant de chaque response paper. L'enseignant poursuivra par une brève mise en perspective générale de la thématique abordée, avant d'encadrer une discussion critique et détaillée des textes et des prises de position des étudiants. La participation active des étudiants est requise à chaque séance.
* Chaque response paper fera l'objet de commentaires formatifs de la part de l'encadrant et des étudiants.

Mode d'enseignement (présentiel ; enseignement à distance)

Présentiel.

Lectures recommandées ou obligatoires et notes de cours

- Jasanoff, S. (2004). States of Knowledge. The Co-production of Science and Social Order, Routledge (chapitre 1 et 2: "the idiom of co-production" and "ordering knowledge, ordering society")
- Joly, Pierre-Benoît (2015), "Governing Emerging Technologies- The need to think out of the (black) box", in S. Hilgartner, C. Miller, and R. Hagendijk (eds.), Science and Democracy- Making Knowledge and Making Power in the Biosciences and Beyond. (London: Routlegde), 21.
-Dean, Mitchell (2010), Governmentality. Power and Rule in Modern Society (London: Sage publication ldt) (Chapitre 1).
Ces trois lectures obligatoires justifient la structure du cours et le positionnement méthodologique et normatif adopté lors de ce cours. Elles aideront également l'étudiant lors de la rédaction de la contribution synthétique finale.
Deux textes seront à lire par séance de cours.

Modalités d'évaluation et critères

L'évaluation des étudiants se fera
(1) sur base de la participation active de l'étudiant durant les séances de cours, de ses «response paper» (30 % de la note finale, évaluation continue réalisée par l'encadrant et des étudiants);
(2) sur base d'une contribution écrite finale qui sera une compilation de chacun des response papers retravaillé selon le peer review reprenant une introduction, une conclusion, une table des matières et une bibliographie (des auteurs effectivement mobilisés dans l'écrit). (maximum 10pages interligne 1,5) (70 % de la note finale);

Stage(s)

Remarques organisationnelles

Le séminaire se tient au second quadrimestre.

Contacts

celine.parotte@ulg.ac.be
 

Notes en ligne

Expérimenter et Gouverner les technologies émergentes: Introduction
Et si gouverner était toujours une forme d expérimentation sociale ? Comment décider en période d incertitude ?

Multiplier les points de vue et les niveaux d¿analyse pour en saisir toute la complexité d'une problématique est un pré-requis méthodologique indispensable.